Illustration

Abécédaire

Ceci est un projet en cours… Depuis longtemps je l’avoue. Mais un jour il finira bien par voir le jour, non?

Le projet est un abécadaire qui a pour trame de fond 26 lettres, 26 dessins, 26 histoires. Cliquez et vous découvrirez quelques exemples des lettres et dessins, faites défiler et vous découvrirez un exemple d’histoire.

En parlant d’histoire (pour enfants rappelons-le), certains les trouvent géniales, d’autres s’en trouvent choqués… Et vous?

__________________________________________________________________

Il était une fois un lapin, Juan,  qui n’aimait pas les carottes.

Un jour il dit à sa mère qu’il ne voulait plus en manger, alors sa mère, étonnée,  lui demanda ce qu’il avait l’intention de manger à la place.

-Des hamburgers!

-Les hamburgers ce n’est pas pour toi mon lapin, les hamburgers c’est pour les américains.

Juan ne lui demanda pas pourquoi c’était réservé aux américains parce qu’il savait que sa mère lui répondrait « parce que c’est comme ça.»

-Alors puisque c’est comme ça, je vais en Amérique!

Et Juan le lapin alla en Amérique.

Après un long long voyage, marqué par une très très grande faim et beaucoup de gargouillis dans le ventre, il découvrit qu’il y avait des hamburgers de toutes sortes et que tous les lapins américains s’en nourrissaient tous les jours. D’ailleurs, ils ne savaient même plus à quoi ça ressemblait une carotte.

Juan était très heureux, tous les jours il mangeait des hamburgers différents, plus savoureux les uns que les autres.

Mais un jour il passa devant un miroir et se vit gros, vraiment très gros.

Il fut effrayé par le gros lapin qu’il voyait en reflet et décida de rentrer chez sa mère.

En rentrant il pleura et dit à sa mère :

-Maman, je suis devenu gros, dis moi ce qu’il faut faire pour redevenir svelte comme avant!

-Mon lapin, il faut que tu fasse un régime.

-Et qu’est ce que je dois manger pour faire ton régime?

-Des carottes mon lapin!

Juan mangea donc à nouveau des carottes, beaucoup de carottes, que des carottes… Et redevint très vite le petit lapin svelte qu’il était auparavant.

Puis sa mère le vit faire à nouveau ses bagages et lui demanda :

-Ne me dis pas que tu repars en Amérique pour manger des hamburger!

-Si maman, je retourne en Amérique , mais pas pour les hamburgers! Je vais rapporter des carottes pour que tous les lapins qui ne veulent plus être gros puissent aussi faire des régimes!

L’idée du lapin eut un grand succès, et grâce à elle, les lapins américains purent gambader et sauter de nouveau comme des lapins en pleine forme .

Et Juan, grâce à ses carottes, en plus d’être beau et svelte, devint riche et célèbre à travers le monde entier.